Adresse
/
Téléphone
 
 
 
 
 
 
 
 

L'entrée du cimetière actuel, si les piliers du portail datent de sa construction (1854), le mur a été récemment crépi.
 
C'est fin 1852 que le maire, Monsieur Defillion informe son conseil municipal "qu'il est urgent de transférer le cimetière de la paroisse dans un lieu plus convenable que celui qui existe actuellement et qui ne peut suffire aux besoins de la population" (L'ancien cimetière et l'ancienne église étaient situés à l'emplacement actuel de la salle Annequin - nda) 
Dans un rapport rédigé par le docteur Rabatel, envoyé sur les lieux par le préfet de La Tour du Pin pour examiner la nature du terrain, deux emplacements sont possibles sur une pièce (parcelle) appartenant à la commune :
L'un au bord du chemin qui conduit à Bourgoin
L'autre au nord de cette pièce est un terrain placé sur un plateau élevé, aéré et joignant un chemin communal qui conduit de Montceau à la Chapelle, ayant un embranchement d'environ 200 mètres qui conduit à l'église (Le chemin avant appelé vie de Favre, maintenant Rue de Favre - Nda). Ce terrain aussi éloigné de plus de 100 mètres de la maison la plus rapprochée semble plus convenable à la majorité des habitants.
 
 
Le Sous Préfet autorise la translation du cimetière le 17 mars 1853
L'an 1853, le 9 juillet, le conseil municipal de Montceau prend la décision de faire construire un mur de clôture autour du cimetière comme la loi l'exige.
Pour cela un devis estimatif a été demandé à Monsieur Gentil, commissaire voyer de l'arrondissement de La Tour du Pin. 

Le coût total est de 2400 francs
 

 
 
Pour fermer le cimetière, un portail est prévu. Ce sera une grille en fer forgé de 3 mètres de hauteur sur 2,25 de largeur et pesant 320 kg.
Cette grille sera à deux ventaux surmontée d'une croix proprement travaillée. La partie de la grille au-dessous de la première traverse sera en tôle de 3 millimètres d'épaisseur fixée au cadre avec une croix de Saint André.
Les fers seront peints à l'huile sur deux couches de chaque côté.
La pierre de taille pour les piliers proviendra des carrières du pays, elle sera traitée avec soin avec des arêtes vives sans morceaux mastiqués.
 
Cette grille aura un coût de 1franc par kilo soit 320 francs.
 
 
 

CM du 20 août 1905
Le cimetière est dans un état de délaissement complet !
Dans ce compte rendu nous pouvons lire : " M. le maire (M. Doublier) expose au conseil le mauvais état dans lequel se trouve l'intérieur du cimetière qui est envahi par les ronces et les mauvaises herbes de toutes espèces ce qui en rend l'accès tout à fait difficile au public.
 
L'assemblée oui l'exposé de M. le maire et après avoir délibéré considérant que le cimetière est dans un état de délaissement complet tout à fait contraire au respect du à la mémoire des morts et qu'il y a lieu d'exécuter quelques travaux pour son amélioration et décide le vote à cet effet une somme de 50 francs à prendre sur les fonds libres du secrétariat de la mairie s'élevant pendant les 3 premiers trimestres de 1905 à la somme de 210 francs, ce service étant assuré gratuitement par M. le maire jusqu'à ce moment."
 


 
 
Quelques temps après, le 17 octobre 1905, le maire explique à l'assemblée qu'une partie des travaux demandés vient d'être exécutée et que les travaux du cimetière se montent à 92 francs 30
 
Ces travaux ont été faits par des habitants (Messieurs Guerry, Parent et Drevon) chacun ayant donné un certain nombre de journées de travail :
 
M. Guerry Joseph a effectué 16 journées 1/2 de travaux à 2,25 francs soit 37,15 francs
M Parent François a effectué 15 journées soit 33,75 francs
M Drevon Joseph a effectué 9 journées 1/2 soit 21,40 francs
 
Finalement, ces travaux ont fait l'objet d'une souscription des habitants.
Le montant de la souscription des habitants de Montceau, pour le rafraîchissement et le nettoyage du cimetière étant de 134,41 francs, il reste un reliquat de 42,10 francs.
 
 
On peut encore aujourd'hui voir une souche...
Peut-être que certains se souviennent encore de ces arbres qui ont depuis été coupés...
Merci de nous faire part de vos souvenirs si c'est le cas.
Combien y avait-il d'arbres ? où ? quand ont-ils été coupés ? Pourquoi ?...
 

Vous vous souvenez des cyprès ?

oui ? Alors à vos claviers !
(aucun)
Votre nom
*
Votre adresse mail
ne sera ni affichée sur le site ni transmise à quiconque
Votre site web
Votre commentaire
*
* Champ obligatoire
envoyer
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Godas 2 Chemin de la Chapelle
38300 RUY-MONTCEAU
Copyright © 2018 les Godas - France